La balade urbaine s’inscrit comme un outil de sensibilisation qui favorise la re-découverte du territoire, par une approche transdisciplinaire et participative, dans le but que le « citadin » devienne « citoyen ».

Sensibilisation

Espace de renforcement de l’identité urbaine des individus, la ville est également un support pour la sensibilisation des citoyens. En participant à des balades urbaines, ils pourraient devenir des acteurs de leur territoire.

Par la découverte de la ville, la balade suscite le participant vers un comportement éco-citoyen

Participation

En tant qu’usager et habitant de la ville, nous sommes tous détenteur d’une forme de savoir sur notre ville ou sur notre quartier. Observateur et destinataire de ses changements et aménagements, usager de ses espaces publics, acteur économique, social… chacun s’approprie à sa manière l’espace urbain.

Sur ce constat, l’animateur cherche à susciter l’intervention du groupe en assurant un cadre de circulation équitable de la parole. Ainsi, la balade urbaine est un moment d’échanges et de confrontation des savoirs.

Adaptation

La balade urbaine et les interventions de son animateur doivent s’adapter à tout public, jeune ou moins jeune, averti ou non averti. Il est nécessaire de bien s’accorder sur les objectifs de la balade avec l’organisateur.

Ainsi, nous porterons une attention particulière à la communication. En effet, il faut s’assurer de la bonne adéquation entre notre proposition et le contexte.

Co-construction

La balade urbaine est construite autour d’un thème central, choisi conjointement entre le commanditaire et

l’animateur.

L’animateur s’appuie sur la complémentarité des champs disciplinaires de la ville : architecture, géographie,

urbanisme, histoire, patrimoine… Il co-construit la balade avec les acteurs de la ville : associations, habitants, élus, artistes, spécialistes… Il propose des méthodes d’animation variées (exemples : participative, interrogative, sensorielle, active). Il s’appuie sur des supports diversifiés tels que des plans, photos, documents anciens, grille de lecture….

Vers d’autres perspectives

La balade doit, dans la mesure du possible, s’achever par un temps convivial, qui donne la possibilité de prolonger les débats, selon les affinités et préoccupations de ces participants.

L’animateur clôt son intervention par une évaluation auprès de son public, sous la forme qui lui convient : entretien oral, fiche synthétique, petit jeu…

La balade urbaine est une porte d’entrée qui permet d’impulser d’autres formes d’initiatives sur la ville.

Extrait charte VivaCitéS IdF

Balade urbaine du samedi 1er juin 2019

A Wasquehal

Avec l’association Wasquehal en transition

 Evènement inscrit dans la programmation « semaine européenne du développement durable ».

Au début du XXe siècle, Wasquehal est une commune quasi-rurale aux bords de la rivière la Marque, entre trois villes importantes, Lille-Roubaix-Tourcoing.

Son géant est un jardinier…tout un symbole !

Viennent ensuite trois périodes de développement urbain :

– Les années 30, avec les maisons « loi Loucheur », quelques belles demeures et une  école du centre art-déco,

– Les années 60, avec l’urbanisation de toute l’aire communale,

– Les années 80 et suivantes, avec le développement d’un habitat pavillonnaire et résidentiel et l’arrivée du métro…

C’est aujourd’hui une ville de plus de 20000 habitants, à proximité de l’A22, qui détient le record de constructions dans les Hauts de France.

Pourtant, certains espaces naturels et agricoles y subsistent encore, ainsi que la trame verte et bleue autour de la Marque et du Canal de Roubaix : pour combien de temps encore ?

Quel patrimoine préserver ?

Quelle urbanisation promouvoir aujourd’hui face aux enjeux climatiques et de biodiversité ?

C’est l’enjeu de cette balade que vous proposent en commun VivaCitéS et Wasquehal en Transition

Circuit pédestre de 4 kms environ.

Regards croisés pressentis : Bernard De Veylder, président de Wasquehal en transition ; Habitants du Sentier du Laurier ; un membre du GON…

Horaire : 10h00-12h30

Lieu : RV à 10h00 au coin de la rue des Frères Gonthier et de l’Avenue de Flandre (arrêt de tram « Pont de Wasquehal »)

Arrivée au « vieux moulin », derrière l’église Saint Nicolas

 PAF : gratuit mais inscription souhaitée auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 31 mai à 18h00.

Les balades

La balade urbaine s’inscrit comme un outil de sensibilisation qui favorise la re-découverte du territoire, par une approche transdisciplinaire et participative, dans le but que le « citadin » devienne « citoyen ».

Sensibilisation

Espace de renforcement de l’identité urbaine des individus, la ville est également un support pour la sensibilisation des citoyens. En participant à des balades urbaines, ils pourraient devenir des acteurs de leur territoire.

Par la découverte de la ville, la balade suscite le participant vers un comportement éco-citoyen

Participation

En tant qu’usager et habitant de la ville, nous sommes tous détenteur d’une forme de savoir sur notre ville ou sur notre quartier. Observateur et destinataire de ses changements et aménagements, usager de ses espaces publics, acteur économique, social… chacun s’approprie à sa manière l’espace urbain.

Sur ce constat, l’animateur cherche à susciter l’intervention du groupe en assurant un cadre de circulation équitable de la parole. Ainsi, la balade urbaine est un moment d’échanges et de confrontation des savoirs.

Adaptation

La balade urbaine et les interventions de son animateur doivent s’adapter à tout public, jeune ou moins jeune, averti ou non averti. Il est nécessaire de bien s’accorder sur les objectifs de la balade avec l’organisateur.

Ainsi, nous porterons une attention particulière à la communication. En effet, il faut s’assurer de la bonne adéquation entre notre proposition et le contexte.

Co-construction

La balade urbaine est construite autour d’un thème central, choisi conjointement entre le commanditaire et

l’animateur.

L’animateur s’appuie sur la complémentarité des champs disciplinaires de la ville : architecture, géographie,

urbanisme, histoire, patrimoine… Il co-construit la balade avec les acteurs de la ville : associations, habitants, élus, artistes, spécialistes… Il propose des méthodes d’animation variées (exemples : participative, interrogative, sensorielle, active). Il s’appuie sur des supports diversifiés tels que des plans, photos, documents anciens, grille de lecture….

Vers d’autres perspectives

La balade doit, dans la mesure du possible, s’achever par un temps convivial, qui donne la possibilité de prolonger les débats, selon les affinités et préoccupations de ces participants.

L’animateur clôt son intervention par une évaluation auprès de son public, sous la forme qui lui convient : entretien oral, fiche synthétique, petit jeu…

La balade urbaine est une porte d’entrée qui permet d’impulser d’autres formes d’initiatives sur la ville.

Extrait charte VivaCitéS IdF

Balade urbaine du samedi 6 octobre 2018 9H30-12H

Ville Neuve d’Ascq à Vélo

Avec Pierre Thieffry

 Villeneuve d’Ascq, Ville Nouvelle des années 70.

Un vélo-rétro pour comprendre les ambitions des politiques urbaines de l’époque.

Les Tops, les Flops, les petites et grandes histoires de sa fabrication.

De l’Hôtel de Ville au lac du Héron, en passant par Pont de Bois, Château et Cousinerie.

Et un pot final chez Owens 36, le refuge des sportifs du week-end.

Emmené par Pierre Thieffry, qui fut l’un des acteurs de l’Etablissement Public (EPALE) qui a conduit l’opération.

 Horaires : 9h30-12h00

Lieux : Départ Hôtel de Ville de Villeneuve d’Ascq (dalle haute) avec votre vélo

Arrivée Owens 36, 3 Allée du Café-Concert, 59650 Villeneuve-d’Ascq

 

PAF : sans mais inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 5 octobre à 8h00.

Balade urbaine du samedi 24 mars 2018

L’aménagement de l’île Folien à Valenciennes

« de la friche industrielle au démonstrateur Energies »

Proposée par et en présence de Bruno TIRMANT Voies Navigables de France.

 L’aménagement de l’île Folien repose sur  4 axes :

– une démarche inscrite dans le territoire à différentes échelles  à la fois en termes d’urbanisme et de valorisation énergétique.

– un assemblage de différentes maitrises d’ouvrage qui concourent à la réalisation d’un projet qui dépasse  le strict  périmètre de l’île Folien.

– un projet à Zéro CO² local visant une grande sobriété énergétique globale.

– un projet ouvert aux développements futurs de plans énergie et mobilité avec le quartier, la ville et l’agglomération.

Le projet consiste à réhabiliter un ancien site industriel de 5,2 hectares en créant un quartier mixte socialement et fonctionnellement de près de 400 logements, une résidence-services, des commerces, des bureaux,

Les premières bases politiques datent de 2008, les premières démolitions sur l’île datent de 2017, la première tranche de logements est en commercialisation pour une fin de chantier prévue en 2020. Le reste suivra dans les 10 années à venir.

unnamed

 Le site et son environnement

L’île Folien est située en continuité immédiate du cœur de la ville de Valenciennes. Le territoire est en pleine mutation : réalisation de la ZAC de l’Escaut portée par la Communauté d’Agglomération de Valenciennes Métropole-CAVM (Plateau numérique, Palais des Congrès) et requalification du Faubourg de Lille.

 Le consortium

Le projet a été élaboré de manière partenariale  avec les collectivités (ville de Valenciennes et CAVM), les propriétaires du foncier (SOFILO-foncière d’EDF et Voies Navigables de France), regroupés dans une société d’aménagement la SAS Ile Folien et le groupe EDF pour ce qui concerne le volet énergétique, groupement auquel a été associé, pour une recherche particulière, l’ENSAM de Lille et l’Université de  Lille 1.

 Une conception partenariale

Le projet  a été conçu de manière très étroite  avec la ville de Valenciennes et la CAVM sous la forme de Workshops : les « Jeudis de Folien » réunis une fois par mois pendant plus de 4 ans. Cette co-conception a permis de prendre en compte les enjeux urbains, sociaux et économiques des collectivités. Ce partenariat s’est concrétisé avec la signature d’un Projet Urbain Partenarial (PUP) avec la ville de Valenciennes, l’accord par délibération de la mise en place d’une boucle d’eau tempérée et la réalisation d’un éco-port fluvial  par la CAVM.

 Les défis

Ce nouveau quartier n’émettra pas de gaz à effet de serre : il sera à Zéro CO² local. Le projet énergétique du quartier est basé sur l’assemblage de différentes démarches dans une  logique de valorisation maximale de la ressource locale, de réduction globale de la consommation électrique et de décarbonatation maximale.

Il faut souligner que  des synergies ont été trouvées à propos des systèmes énergétiques locaux développés sur l’Ile Folien et le Parc des Rives de l’Escaut, aménagé par la CAVM. Cette vision partagée d’une politique énergétique locale sera prolongée en intégrant aux réflexions communes, le quartier du Faubourg de Lille qui fait l’objet d’une opération de rénovation urbaine dans le cadre de l’ANRU 2.

 Démonstrateur d’efficacité énergétique au sein d’un projet de ville durable et attractive

Si cet objectif fait l’objet d’un consensus très large, les méthodes pour y parvenir et plus encore les exemples de mise en œuvre font cruellement défaut. Conscient de son rôle en tant que premier énergéticien en France, EDF a choisi d’apporter sa contribution. Celle-ci peut se décliner ainsi : placer l’énergie au cœur de la conception du quartier, anticiper les usages, informer et sensibiliser les habitants et les usagers, optimiser les systèmes énergétiques et leur pilotage

L’île Folien, démonstrateur de la Troisième Révolution Industrielle

Le  projet Folien a été retenu dans la démarche mise en place dès 2012 par la Région Nord Pas de Calais Picardie : la Troisième Révolution Industrielle (TRI) impulsé par  Jérémy RIFKIN.

Fondée sur une combinaison de l’utilisation des énergies renouvelables et des technologies internet, la Troisième Révolution Industrielle, nouveau modèle d’économie et de résilience territoriale sur le Nord Pas-de-Calais Picardie propose de réinventer notre manière de consommer, de produire, de stocker, de distribuer l’énergie, les biens et les services, d’habiter, d’apprendre et  de nous déplacer.

L’efficacité énergétique est une composante essentielle de la TRI et 5 piliers de la TRI font l’objet d’une mise en œuvre concrète. A titre d’exemple, nous pouvons citer : le pilier 1 « Energies renouvelables distribuées », illustrée par la création d’une boucle géothermique ; le pilier 4 « Réseaux intelligents », illustré par le  pilotage de la courbe de charge des consommations d’électricité de l’île Folien (pompes à chaleur pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire et des consommations spécifiques des logements) et de la  gestion de la production d’électricité d’origine hydraulique ; le pilier 5 « Innovation de la mobilité », illustré par la promotion des déplacements doux (marche, vélo, électro-mobilité) et la mise en œuvre de service de mobilité électrique

Les dispositifs d’évaluation et de reporting

Les  partenaires ont décidé de transcrire leurs ambitions en rédigeant un Référentiel de Développement Durable (document achevé en 2012). Ce référentiel a vocation à vivre tout au long du déroulement du projet.  Il s’appuie sur un pilotage partenarial et s’évalue dans le temps.

En conséquence, la maîtrise d’ouvrage réunit et réunira un comité de pilotage, pour la durée de l’aménagement de l’Île Folien, qui comprend la maîtrise d’ouvrage (société d’aménagement) et ses partenaires : VNF et EDF, la Ville de Valenciennes, la CAVM,  les représentants des intercommunalités en charge des compétences « transports » et« déchets », la maîtrise d’œuvre et ses partenaires techniques et les autres intervenants techniques missionnés par la maîtrise d’ouvrage.

L’objectif principal de ce comité de pilotage est de suivre la réalisation des engagements pris dans ce référentiel et de définir si nécessaires les adaptations au projet et de développements futurs. Il a par ailleurs vocation à partager et mutualiser l’ensemble des informations relatives au déroulement de ce projet, à valider collégialement les nouvelles orientations stratégiques prises et à suivre les études techniques et économiques aux différentes étapes d’élaboration du projet.

Le futur

Les développements futurs du projet porteront  sur la question de l’efficacité énergétique et sur le déploiement du numérique sur l’île avec le plateau numérique de la ZAC de l’Escaut, d’autres sujets, comme le rôle que peut jouer  un équipement public tel que le Port de plaisance pour l’animation d’un  quartier,  pourraient aussi être engagés.

https://www.youtube.com/watch?v=fRcPgdPBGkE

 Cette balade urbaine a été préparée par Loïc Aubrée, administrateur de VivaCitéS Hauts-de-France

Horaires, lieu de RV et programme :

–    Accueil à 9H30, à l’Unité Territoriale d’Itinéraires de Voies Navigables de France (160 Rue du Chauffour à Valenciennes).

–      9H30-10H : présentation en salle du projet

–      10H : début de la balade urbaine par les rives de l’Escaut (plateau numérique, faubourg de Lille et Ile Folien).

–      12H : retour à l’UTI de VNF

 Transport :

–          Un train arrive à 9h16 en gare de Valenciennes (départ de Lille à 8h35). Tout se fait à pied sur place. Retour 12h30 (arrivée à Lille 13h21). Compter 15 minutes entre gare et l’UTI VNF (voir plan ci-dessous).

–          Covoiturage : vous pouvez vous manifester en tant que covoiturant ou covoituré auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 22 mars 8h00.

 PAF : gratuit. Inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr souhaitée avant le 22 mars à 8h00.

Balade urbaine à vélo du samedi 30 septembre 2017

Grande-Synthe « ville en transition »

Organisée par Jean-Christophe Lipovac, Directeur de projet Transition écologique et sociale, Ville de Grande-Synthe.

Vitrine de la gestion écologique des espaces verts et naturels depuis plus de 15 ans, la ville de Grande-Synthe a été élue première capitale française de la biodiversité en 2010.

Plaçant le bien-être des habitants et le bien vivre ensemble au cœur de la politique municipale, la ville s’est engagée depuis 2011 dans une démarche originale de « ville en transition », en référence au mouvement initié par Rob Hopkins. La collectivité aspire ainsi à la résilience de son territoire en réduisant sa dépendance aux énergies fossiles, et en s’adaptant aux effets du changement climatique et de la crise écologique.

Grande-Synthe s’est progressivement imposée comme une des villes phares engagée dans une « transition écologique, sociale et économique », en menant un projet de territoire structuré en faveur d’un développement local durable. La démarche d’innovation et de conduite du changement sur le volet biodiversité s’appliquent aujourd’hui avec succès à d’autres domaines : à la transition énergétique de la ville, aux projets de rénovation urbaine, à la généralisation du bio dans les cantines scolaires et à la relocalisation de la production alimentaire, à la mobilité durable…

Cette visite de terrain permettra de découvrir la trajectoire de développement durable de la ville, les projets et pistes de travail en vue de concrétiser un nouveau modèle de développement, tout en plaçant les habitants et les acteurs locaux au cœur du processus de transformation de la ville.

Objectifs de la visite :

  • Découvrir les différents projets mis en œuvre à Grande-Synthe, la méthodologie employée et les acteurs mobilisés,
  • Observer et analyser, sur le terrain, les réalisations menées.

Thèmes abordés :

Biodiversité en ville, trame verte et trame nourricière, gestion alternative des eaux pluviales, efficacité énergétique et énergies renouvelables, rénovation urbaine durable, éducation populaire et implications citoyennes.

 Contenu de la visite :

Accueil en Mairie pour une présentation de la ville et de sa politique de développement durable : la politique locale de transition, les projets moteurs, les acteurs mobilisés et la méthodologie employée.

Visite de la ville à vélo pour découvrir des projets de transition et rencontrer des acteurs impliqués :

–          Rénovation urbaine du Courghain,

–          Visite de Troc et Co, la Maison des échanges de Grande-Synthe et rencontre avec des adhérents

–          l’Îlot des peintres et ses  jardins « populaires » en pied d’immeuble,

–          Le logement collectif passivhaus, et rencontre avec l’architecte.

–          Visite de la ceinture boisée et de la forêt qui se mange, et rencontre avec les protagonistes du projet.

Intervenant-es

Jean-Christophe Lipovac, Directeur de projet Transition écologique et sociale, Ville de Grande-Synthe.

Stéfana Buffet co-animatrice de Troc et Co, et des adhérents du Système d’échanges local.

Eric Stroobandt, Architecte.

Carole Coulon, Présidente de l’association la Forêt qui se mange.

 Lieu du RV : Mairie de Grande-Synthe. Place François Mitterrand.

Horaires : 14H-17H, accueil dès 13H45.

Vélos : Mise à disposition par la ville de Grande-Synthe de 15 vélos. Vous pouvez venir avec votre propre vélo aussi.

 PAF : Gratuit. Inscriptions au plus vite auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr. Indiquer si vous avez besoin d’un vélo prêté (nombre limité) ou pas. Indiquer aussi vos éventuels souhait de co-voiturage.

Balade urbaine à vélo du samedi 3 juin 2017 14h30/17h00

VILLENEUVE D’ASCQ,

LA PRATIQUE DE L’ AMENAGEMENT AU TEMPS DES VILLES NOUVELLES (Années 70-80)

Sous la conduite de Pierre Thieffry ancien directeur opérationnel de l’Etablissement Public d’Aménagement de Lille Est (EPALE).

IMG_2842

Une balade à vélo de Flers à Forest-sur-Marque au fil du « Maître David », pour évaluer à l’épreuve du temps les choix d’urbanisme de l’époque : franges urbaines, formes d’habitation, auto-vélo-piéton, mixité sociale, tertiarisation, clôture, assainissement, nature…

IMG_2855           IMG_2862

Cette balade a été préparée par Maïté Gregoris

 Horaires : 14h30 précises/17h00 environ

Lieux : Rendez-vous 14h30 au Château de Flers (office de tourisme) Chemin du Château Botte, 59650 Villeneuve-d’Ascq

Fin vers 17h00 avec rafraichissements au château de Flers

 PAF : gratuit, sur inscription auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 3 juin à 8h00.

Balade Bois Blancs du 25 juin 2016

VivacitéS NPDC a proposé une déambulation dans le quartier des bois blancs le 25 juin matin.

googlebalade

Le quartier de Bois Blancs à Lille est un quartier, dont on peut dire aujourd’hui qu’il est mélangé socialement. Également, la proximité de l’eau (les 2 bras de la Deûle), la nature proche (compris la reconquête par la nature de terrains restés en friche) font qu’on y ressent un sentiment de liberté le long du chemin de halage près des aviateurs, autour de la gare d’eau ou dans la plaine des vachers.

On est un peu coupé de la ville, sur une île, avec néanmoins ses passerelles, ses ponts… son métro….

Aujourd’hui, le quartier se re-dynamise (projet urbain et social) Il se resserre, se restructure. Le quartier change. Mais quels sont ces changements?

Nous nous interrogeons sur « comment ça bouge » avec la transformation physique et sociale du quartier? Notre première idée a été de questionner les associations, les enseignants, les éducateurs qui sont actifs voir très actifs sur ce quartier. Puis de rapprocher ces voix, des lieux où la vie collective se déroule, pour laisser émerger  l’esprit singulier de ce quartier.

Nous avons proposé cet instantané.

Les questions posées ont été les suivantes :

  

  1. Nous souhaitons mieux connaître les différentes pratiques associatives du quartier, les temps forts, les lieux où ils se déroulent.
  2. Comment ces pratiques ont évolué dans le temps depuis leur démarrage, quels sont vos projets.
  3. Quel est votre ressenti par rapport à la transformation actuelle du quartier.

 

baladeavr2016

capture-decran-2016-09-13-a-14-13-07

capture-decran-2016-09-13-a-14-13-24

 

Balade de l’Alma à l’Union à Tourcoing du samedi 30 avril 2016

De l’Alma à l’Union

Départ 9h30 Hôtel B and B à côté de la gare de Roubaix 22, Place de la Gare
ZAC du quartier de la Gare Roubaix

Arrivée vers 11h30/12h00 Association le Camion 7, rue Archimède Roubaix

VivacitéS Nord Pas de calais vous propose ce parcours entre l’Alma et l’Union. Un secteur en renouvellement depuis près d’un demi-siècle. Un moment pour réinterroger les projets des années 80, et faire un point sur l’actualité du site de l’Union.

Le 5 septembre 1979 on pouvait lire dans Nord Éclair : « Ce quartier de Roubaix devient une sorte de laboratoire d’essai des idées neuves ».

L’Alma est actuellement en secteur ANRU et NPNRU (nouveau programme national de rénovation urbaine). Un projet de développement qui reste à redéfinir avec les bailleurs sociaux. De nombreuses problématiques sociales existent.

La capacité à mettre en relation le secteur Gare-Campus avec l’Union est questionnée.

Le quartier de l’Alma comprend un secteur de logements anciens au nord avec un bâti plutôt dégradé. Des logements collectifs construits dans les années 80 et l’emprise de la redoute au sud du quartier. Les diagnostics techniques et sociaux sont en cours du côté des bailleurs (LMH, Nord Artois) la dédensification du quartier est envisagée, mais la clientèle est difficile à trouver pour créer de la mixité. Pour diversifier le quartier, la collectivité a favorisé l’implantation de services rue du Fontenoy ce qui a déjà donné lieu à quelques démolitions du projet initial.

Du côté de la Redoute une partie de l’activité se redéploye vers le e.commerce, rachat par l’EPF des bâtiments vides pour recyclage en activité économique. La nouvelle équipe municipale développe le programme « Blanchemaille e.commerce » qui s’ancre dans l’un des bâtiments et est accompagné par Euratechnologie.

l’Union:

La MEL maître d’ouvrage,  a confié une concession de 22 ans à la SEM VR qui est l’aménageur, les villes ont un rôle de maître d’ouvrage associé.

Actuellement le projet est entre deux Master plans. On continue à construire ce qui a été validé. La mission de l’agence Reichen se termine. La mission va être renouvelée avec une nouvelle équipe.

Après un audit du projet, la nouvelle équipe pourra remettre à jour le master plan puis faire de nouvelles propositions secteur par secteur.

La balade a permis de voir différentes réalisations et lieux à enjeux. La dernière étape permettra de faire connaissance avec l’association le Camion.

Cette balade a été préparée par Marie-Claire Mourouvin pour VivaCitéS NPDC.

Balade du Blanc Seau à l’Union du 20 novembre 2015

De quelles façons les choses se tricotent entre le quartier du Blanc Seau (Roubaix) et le projet de l’Union (Tourcoing/Roubaix Wattrelos) ? Au coeur de l’Union, participez, échangez et venez débattre autour des enjeux de l’éco-quartier de l’Union.

Cette balade a comme particularité de se dérouler en fin d’après-midi « entre chien et loup », moment propice pour faire émerger de manière inhabituelle notions et émotions..

Elle avait été réalisée une première fois dans le cadre de la St Urbain 2013