Casse-croûte du mardi 14 juin 2022

Occupations transitoires, exemple du site du Hacot-Colombier à Houplines (59) 

Par Pascaline Boyron, Association Saprophytes

Guillaume LEMOINE, Référent biodiversité et ingénierie écologique à l’Etablissement Public Foncier Hauts-de-France

Ce casse-croûte clôture le séminaire de travail sur le même thème qui débute à 9h30 (programme complet ci-dessous et en pièce jointe, inscriptions séparées mais organisation collective)

Le 3 mars 2022, Guillaume Lemoine, référent biodiversité et ingénierie écologique de l’EPF, nous avait présenté les grands principes et les actions de l’EPF en matière d’usages transitoires du foncier non bâti. Il avait présenté, en outre, les actions en matière d’ensemencements d’attentes pour y implanter des « végétations choisies » aux multiples fonctions, participant à la résilience de la ville, au bien-être des habitants (cadre de vie et lutte contre les îlots de chaleur) à l’attractivité du territoire et à la préservation de la biodiversité en favorisant de riches cortèges d’invertébrés. Le 14 juin, nous organisons un 2ème casse-croûte sur ce thème qui sera l’occasion de découvrir l’initiative menée sur le site Hacot-Colombier à Houplines (59).

Espaces vacants, délaissés, en attente de projet et donc temporairement disponibles, de plus en plus d’espaces accueillent des occupations de transition, pour faire du temps entre déconstruction et reconstruction un temps de projet. Ces initiatives sont de plus en plus accompagnées par les institutions, qui aujourd’hui tendent à les inciter et à les promouvoir. Ce casse-croûte s’intéressera aux pratiques transitoires et à leurs dynamiques sur le territoire métropolitain.

Plus d’info sur https://www.epf-hdf.fr/

Horaires : 12h15-14h00

Lieu : 195 rue Victor Hugo à Houplines, repli à proximité dans une salle 8 rue Voltaire en cas d’intempéries
Inscription auprès de loic.aubree@univ-catholille.fr avant le lundi 13 juin à midi

PAF : 6 euros pour le casse-croûte. Pensez à prendre votre gobelet.

Ce casse-croûte clôturera une matinée de travail organisé par l’EPF et la Ville d’Houplines.

Cette matinée se déroulera comme suit :

9h30-9h45

Mot d’accueil et intro de la demi-journée :

  1. Ville d’Houplines – Monsieur Jean-François Legrand, maire d’Houplines, VP de la MEL
  2. Co-organisateurs Vivacités- Loïc Aubrée & EPF-HdF Guillaume Lemoine

Partie 1. Bilan des dynamiques en matière d’usages temporaires 9h45-10h45

  1. Usages temporaires sur sites non bâtis :  état de l’art et dynamiques métropolitaines – Juliane Schulz de l’Agence d’urbanisme et de développement de Lille Métropole
  2. AMO Urbanisme transitoire de la MEL : objectifs, méthodes et premiers enseignements – Claire Obré de la Métropole européenne de Lille

Partie 2. Cas d’études 10h45-12h15

  1. Houplines
  • Le projet de la ville d’Houplines, histoire du site du Hacot-Colombier, genèse du projet et perspectives – Ville d’Houplines
  • Le master-plan le projet d’occupation temporaire et retour sur les premières initiatives avec l’association Les Saprophytes – Pascaline Boyron, Association Saprophytes
  • Les travaux réalisés EPF HdF et l’expérimentation menée avec Junia (projet New – C – Land) – Guillaume Lemoine, EPF-Hauts de France
  1. Retour d’expérience hors MEL (Somme ou HdF) en cours

Partie 3. Visite de site + casse-croute/pique-nique 12h15-13h30

Lieu : 8 rue Voltaire

Casse-croûte du vendredi 20 mai 2022

Lâme urbaine #12 « L’urbanisme de rupture »

Par les étudiants de l’association ENVAR

L’Association ENVAR

L’ENVAR est une association d’étudiants de l’Institut d’Aménagement, d’Urbanisme et de Géographie de Lille dont les buts sont de :

  • Faire connaître les formations de l’Institut d’Aménagement d’Urbanisme et de Géographie de Lille (IAUGL) et assurer sa promotion,
  • Stimuler et entretenir les liens solidaires entre le monde professionnel et les promotions d’étudiants et de diplômés de ces formations afin de multiplier les échanges, de favoriser le parcours professionnel des jeunes diplômés et de soutenir les initiatives et les projets,
  • Organiser et entretenir le dialogue avec les enseignants et les responsables de ces formations afin de veiller et de contribuer à l’adaptation permanente des enseignements aux réalités du monde professionnel,
  • Permettre la création de liens entre les promotions (L3, M1, M2) afin de favoriser les échanges et l’entraide.

L’association a gardé le nom de la première formation en Aménagement et Urbanisme de Lille créée en 1975 par Charles Gachelin (Géographe) et Emile Vivier (Biologiste) : la MST ENVAR.

L’association tient aussi un annuaire des diplômés

Site Web

La Revue Lâme urbaine

C’est une revue d’urbanisme de périodicité annuelle, réalisée par les étudiants de l’association ENVAR. Elle est soutenue par l’IAUGL, l’Université de Lille et la Mairie de Villeneuve d’Ascq.

​Cette revue est une opportunité pour les étudiants, les enseignants ou encore les professionnels et curieux de l’urbanisme et de l’aménagement, extérieurs au cadre universitaire, de contribuer à un support écrit commun, autour d’une thématique principale pouvant être traitée suivant des dimensions multiples.

Les missions du comité revus sont donc d’une part, la recherche de subventions, la mobilisation de contributeurs variés pour la rédaction des articles, le choix d’un.e graphiste, pour la réalisation de la revue. Et d’autre part pour assurer sa diffusion, la mobilisation d’un.e ou de plusieurs intervenant.e.s pour l’organisation d’un événement public de parution, au cours duquel certains aspects de la thématique abordée seront approfondis. Le format de cette rencontre doit favoriser les débats et échanges entre lecteurs et contributeurs.

Responsables du comité : Tristan MARIN, Karen TRACY

Membres du comité : Alexandre BOURBOTTE, Océane BOYER,  Clément GUEHENNEC, Damien PICOT, Océane TROVATO

Pour en savoir plus

Le N°12 « L’urbanisme de rupture »

Matérielles ou symboliques, les divisions de l’espace demeurent. Nous avons tous en tête des murs célèbres : mur de Berlin, Belfast, Grèce, Palestine, frontière américano-mexicaine… De façon moins physique, on ne peut nier qu’il existe des vecteurs de ségrégation spatiale : gated communities, différentes «couronnes», espaces différenciés comme Cannaregio (Venise), villes à l’image marquée comme Roubaix…. Pourtant, la ville se veut pensée comme un espace de rassemblement et de rencontre. L’aménagement de l’espace urbain doit-il être vraiment vecteur de mixité ? Peut-on penser l’urbain sans séparatisme insidieux, tant sur le plan théorique (zoning.….) que pratique (mobilier anti-SDF.….) ?

Version téléchargeable

Les numéros précédents de Lâme urbaine sont aussi disponibles en ligne

Appel à pige pour le N° 13 « Smart city : mise à jour d’une ville »

Horaire : 12h15-14h00

Lieu : salle Lys à la MRES 2ème étage, 5 rue Jules de Vicq 59 000 Lille. Sonette correspondant à la salle Lys pour vous ouvrir.

Inscription auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 20 mai 8h00

PAF : 6 euros pour le casse-croûte. Pensez à prendre votre gobelet.

Casse-croûte puis atelier du vendredi 25 mars 2022

Le Low-tech* : Une pensée plus qu’un catalogue de solutions !

Par Jean-Michel Hequet, Architecte – photographe / auteur – enseignant

Pour ce casse-croûte, VivaCitéS a invité un intervenant qui peut nourrir nos actions d’éducation à l’Environnement urbain.

Nous proposons deux temps : un échange sur le temps du midi dit « casse-croûte » mais aussi un temps d’atelier en début d’après-midi, plus approfondi sur les relations entre vos actions ou projets et cette notion de Low-Tech

Jean-Michel Hequet sera donc avec nous entre 12h15 et 15h30.

Voici quelques prémices de son propos :

Description : image

Pour faciliter notre confort, notre travail, nos loisirs, notre « efficacité », nous produisons des objets…  Des outils à vivre pourrait-on dire !

Mais aujourd’hui, quelle est la légitimité de cette collection sans cesse croissante ? Comment mettre en question les usages qu’induisent ces objets ? Peut-on évaluer le bien-fondé de leur immatérialité grandissante et de leur « arrière monde » sur notre époque ?

La pensée « Low-Tech » est apte à favoriser et organiser de tels questionnements.

Cette approche, théorisée par Philippe BIHOUIX**, permettra d’engager un discours critique sur nos outils et sur les hautes-technologies en particulier. Avec l’aide de ce prisme critique, nous pourrons travailler à en évaluer mieux les rôles, les fonctions, les finalités … et bien évidement à déceler leur impact environnemental !

Il semble important que quotidiennement et à son échelle, chacun se situe dans ce questionnement afin d’envisager les effets pervers du « solutionnisme » technologique.

Répétons- le, cette notion ne s’oppose d’emblée au High-Tech.

Par contre, elle permet de critiquer « le tout high-tech » par lequel nous semblons désormais aspiré …

Ainsi le « Low-tech » ou les « Lows-Techs » comme on l’entend parfois, reste une pensée en pleine évolution.

Si c’est en tant que photographe-plasticien*** que je continue d’explorer la perception, ses outils et l’idée de souvenir, c’est en exposant la photographie dans les jardins avec des dispositifs « immersifs » solaire que l’idée de « Low-tech » a commencé à germer en moi.

Au départ j’en suis donc un simple utilisateur. Désormais, dans le cadre de conférences imagée, j’aime « déplier » cette notion. Mon approche consiste alors à aligner et à questionner une succession d’objets, d’attitudes, de personnalités. Chacun à leur façon, tous ces exemples apportent un élément de réponse aux questions que posent le « Low-tech ».

Ainsi, à l’issue de cet échange, nous commençons à cerner comment les initiatives « Low-tech » en focalisant sur les technologies sobres, agiles, résilientes, prennent en compte l’innovation durable, les contraintes sur les ressources et envisagent comment les techniques doivent et devront rester au service de l’homme !

* https://fr.wikipedia.org/wiki/Low-tech

**Philippe BIHOUIX — https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Bihouix

*** http://vudici-vudici.blogspot.com

Horaire casse-croûte : 12h15-14h00

Horaire atelier : 14h00-15h30
Lieu : salle Escaut à la MRES 2ème étage, 5 rue Jules de Vicq 59 000 Lille. Sonette correspondant à la salle Escaut pour vous ouvrir.

Inscription auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 23 mars 8h00 pour les deux temps casse-croûte et atelier (merci de préciser si vous venez à l’un ou l’autre ou les deux)
PAF : 6 euros pour le casse-croûte

Casse-croûte du jeudi 3 mars 2022

Usages transitoires du foncier non bâti

Par Guillaume LEMOINE, Référent biodiversité et ingénierie écologique à l’Etablissement Public Foncier Hauts-de-France

Historiquement dans le Nord et le Pas-de-Calais (puis depuis août 2021 pour le département de la Somme), l’Etablissement Public Foncier des Hauts-de-France est depuis décembre 1990 un partenaire majeur des collectivités. Opérateur public de l’État, il les accompagne en recyclant leur foncier usagé notamment les emprises d’anciennes friches bâties, pour accueillir de nouveaux projets (logements, activités économiques et de services) et recréer ainsi la ville sur la ville et éviter la consommation d’espaces naturels et agricoles.

En contexte urbain, les sols des terrains « recyclés » sont majoritairement composés d’anthroposols. Après travaux, ils peuvent rapidement se couvrir de végétations (arborés, arbustives, rudérales, …) de qualités esthétiques douteuses, souvent coûteuses en entretien ou gestion et parfois anxiogènes pour les futurs aménageurs avec l’arrivée d’espèces exotiques envahissantes, allergènes voire protégées. Face à cette situation jugée insatisfaisante, l’Etablissement Public Foncier a décidé de développer des ensemencements d’attentes pour y implanter des « végétations choisies » aux multiples fonctions, participant à la résilience de la ville, au bien-être des habitants (cadre de vie et lutte contre les îlots de chaleur) à l’attractivité du territoire et à la préservation de la biodiversité en favorisant de riches cortèges d’invertébrés. 

Ces premières initiatives d’usages transitoires ont permis d’imaginer et de mettre en place d’autres pratiques et usages temporaires à vocation sociales, climatiques ou de production.

Contact : g.lemoine@epf-hdf.fr

Plus d’info sur https://www.epf-hdf.fr/

Horaires : 12h15-13h30 en visio
Inscription auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 3 mars 8h00

Vous souhaite une année 2022 remplie d’urbanité.

Le calendrier de nos actions 2022 se peaufine mais nous vous annonçons dès à présent la première date :

Casse-croûte du vendredi 28 janvier 2022 – EN VISIO

Narrations en Métropole lilloise

Par l’Agence de Développement et d’Urbanisme de la Métropole Lilloise (ADULM)

Par Didier Poitevin, Annabelle Maze et Sylvie Nguyen, ADULM

En présence de Philippe Paoli

L’ouvrage Ciel ! 30 ans

  L’Agence de Développement et d’Urbanisme de Lille Métropole a eu 30 ans en 2020. Un livre a été édité pour marquer de manière pérenne cet événement. Nous avons voulu cet ouvrage comme un bel objet agréable à parcourir et destiné à un large public. Il offre un parcours à travers le temps et l’espace au travers de 30 photographies aériennes soigneusement sélectionnées. A travers le temps tout d’abord, car ces photographies ont été prises sur un intervalle de 30 ans : au tout début des années 90 puis aujourd’hui. A travers l’espace ensuite puisque ces 30 photographies couvrent le périmètre institutionnel de l’Agence : le territoire du SCOT soit la MEL et la Pévèle-Carembault. L’objectif de ce livre, outre la recherche d’une certaine esthétique par le choix des photographies aériennes, est également d’être en écho avec les expertises de l’Agence : urbanisme et aménagement, espaces publics, géographie, cartographie, économie, transports et mobilités, etc. Au final, l’ouvrage offre un passionnant témoignage illustré de l’évolution de la Métropole de Lille sur trois décennies ; 30 ans de métropolisation et de bouleversements vu du ciel au-dessus des champs, des villes et des villages. Le titre de l’ouvrage résume cette ligne éditoriale : « Ciel ! 30 ans ». 

Comment la science-fiction, et notamment le récit d’anticipation, peut contribuer à imaginer des futurs souhaitables pour notre territoire ?

Les fictions du futur racontent beaucoup de notre présent et nourrissent en retour nos représentations des futurs : ceux qu’on redoute, ceux qu’on souhaite, ceux qui se profilent.

L’urgence climatique et environnementale ainsi que les grandes transitions à l’œuvre (numérique, alimentaire, démographique…) nous placent devant des enjeux toujours plus complexes. Si l’expérience de la pandémie sature aujourd’hui notre imaginaire de dystopies, les mythes, les récits et les images nous permettent, face à ces défis, d’envisager des futurs désirables.

Et si… l’Agence vous transportait dans la métropole de 2051 ?

Au programme : la présentation d’une démarche expérimentale engagée à l’Agence autour de la prospective, fondée sur des narrations spéculatives ancrées sur le territoire métropolitain, et le partage d’une production originale développée par l’Agence et par Philippe Paoli, architecte, artiste multidisciplinaire.

Afin de partager au mieux ces travaux durant ce temps d’échange, venez découvrir les 4 podcasts immersifs, qui vous transporteront sur le territoire métropolitain et vous plongeront dans la vie de ses habitants en 2051.

Ils sont disponibles sur notre site internet : https://www.adu-lille-metropole.org ou accessibles via les liens ci-dessous :

Bienvenue dans la Métropole Européenne Bleue

A la découverte de :

§  Wez-Macquart, le Village – campagne et néo-ruralité ;

§  Wattignies, la Frange – entre lisière agricole et zone urbanisée ;

§  Saint-André, l’Eau et le Canal.

Horaires : 12h15-13h30 en visio

Lien transmis sur inscription auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr

 

Casse-croûte du vendredi 10 décembre 2021 en visio 12h00/13h30

Rue aux Enfants – Rue pour Tous

Avec Judicaël Potonnec – Centre Ressource Régional en Ecomobilité (CREM)

Et Marylène Gars, chargée de mission « Ville à hauteur d’enfants » chez les Potes en ciel

Description : Description : Rues aux enfants, rues pour tous !

Une initiative nationale avec des réalisations en région

Quatre organismes composent un collectif à l’origine de cette initiative : l’ANACEJ, Cafézoïde, Rue de l’Avenir et Vivacités Ile-de-France.

Constatant l’exclusion des enfants et des jeunes de l’espace public, elles travaillent de manière convergente, depuis de nombreuses années, pour changer les mentalités et les habitudes afin :

·         De reconquérir l’espace public pour tous

·         De promouvoir les modes actifs (marche, vélo, roller…)

·         D’encourager l’expression des habitants, jeunes et adultes, en ce qui concerne la gestion et le devenir de leur environnement quotidien.

A la suite de trois appels à projets qui ont été pilotés à partir de novembre 2015 sur le plan
national au début puis par des groupes d’appui dans différentes régions ensuite, ce sont plus
de 150 « Rues aux enfants rues pour tous » qui ont été réalisées compte tenu des
renouvellements fréquents d’initiatives d’une année sur l’autre.
En 2020 une vingtaine de Rues aux enfants rues pour tous ont pu être réalisées malgré le
contexte sanitaire avec l’appui du collectif national et des groupes d’appui formés dans 5
régions (Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Ile-de-France, Normandie, Nouvelle
Aquitaine) et à Paris. 11 rue aux enfants ont été organisés dans les Hauts-de-France dans le cadre de l’Appel à projets

Une nouvelle organisation : un pilotage des projets essentiellement régional
Au 15 mai 2021, 35 rues aux enfants sont programmées en 2021 (dont 10 dans les Hauts-de-France) dans le cadre de l’appel à projets de novembre 2019 et une dizaine sont prévues
en dehors de ce cadre. Pendant la période de mars 2020 à Avril 2021 des séances de travail
en visioconférences où, plus rarement, en présentiel ont été organisées pour les porteurs de
projets. Les réalisations en 2020 et la programmation de 2021 démontrent la détermination
des porteurs de projets et des équipes régionales de soutien qui ont maintenu leur mobilisation malgré le contexte sanitaire hostile.

L’appel régional à initiatives 2022-2023

Les inscriptions pour déposer un projet de « Rue aux enfants rue pour tous » se feront désormais auprès du groupe d’appui Hauts de France et s’effectueront jusqu’au 15 décembre 2021 ou jusqu’au 15 juin 2022 pour une réalisation en 2022 ou 2023.

Contact pour le dépôt des dossiers en Hauts-de-France
Judicaël Potonnec, Centre ressource écomobilité (Crem)-ADAV,
contact@ecomobilite.org / 03 20 52 97 58

Lors de notre casse-croûte nous aurons la présentation du dispositif national et régional par Judicaël Potonnec du CREM et le témoignage de Marylène Gars de Potes en ciel, association organisatrice d’événement Rue aux enfants/rue pour tous.

Sites ressources :

·         Site national : https://www.ruesauxenfants.com/

·         Page régionale (notamment pour accéder à l’appel à initiatives) : https://www.ruesauxenfants.com/hauts-de-france

·         Rue de l’Avenir : https://www.ruedelavenir.com/ et https://www.ruedelavenir.com/wp-content/uploads/2018/10/PlaquettePresentationRueAuxEnfants2017.pdf

·         Crem : http://www.ecomobilite.org/-ecomobilite-scolaire-

·         Voirie pour tous (CEREMA) : http://voiriepourtous.cerema.fr/

·         Les rues en images : https://www.ruesauxenfants.com/les-rues-en-images

Horaires : 12h00/13h30
Lieu : Visio

Cliquez ici pour participer à la réunion

Inscription : auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr 

           

VivaCitéS

            Hauts-de-France

Réseau régional pour l’éducation à l’environnement urbain

Vous précise la suite de ses activités


Malheureusement, les deux casse-croûtes du 19 novembre et du 3 décembre sont reportés.

Nous nous retrouverons le 10 décembre pour le dernier casse-croûte de l’année.

Mais nous préparons activement 2022.
Bien cordialement

Pour le Conseil d’Administration

Béatrice Auxent

Présidente



Casse-croûte du vendredi 8 octobre 2021

Agriculture citoyenne et territoriale

Avec Hugues Trachet, maraîcher bio, adhérent de Terre de liens et d’Initiatives paysannes et Anne Chanut-Vincent, chargée de mission territoires à Terre de liens.

Initiatives Paysannes rassemble des paysans, des porteurs de projet, des artisans et des citoyens pour développer et promouvoir l’agriculture paysanne. L’association accompagne l’installation de nouveaux paysans et la transmission des fermes, favorise les pratiques en agriculture paysanne et promeut les semences paysannes.

Terre de Liens propose de changer notre rapport à la terre, à l’agriculture, à l’alimentation et à la nature, en faisant évoluer notre rapport à la propriété de la terre : les membres de Terre de Liens agissent pour protéger et partager les terres agricoles, et développer des pratiques agricoles soutenables pour l’humanité et la planète. Terre de Liens participe ainsi à l’intérêt général en recréant une responsabilité individuelle et collective pour la préservation du bien commun que représente la terre. L’association conseille des collectivités dans leurs stratégies foncières et agricoles, accompagne des porteurs de projet agro-écologique dans leur recherche de foncier, sensibilise le grand public et anime des dynamiques citoyennes. Terre de Liens peut en outre être amenée à acheter des terres pour les sortir du marché spéculatif et les louer par des baux ruraux environnementaux à des paysans, grâce à ses outils de finance solidaire, foncière et fondation reconnue d’utilité publique.

Hugues et Anne nous présenteront plus en détail les actions menées, souvent conjointement,  par  les 2 associations pour favoriser l’installation de porteurs de projet en agriculture paysanne, puis Hugues nous présentera son parcours d’installation, son exploitation et ses projets de développement.

Les 2 associations font partie du réseau InPPACT, composé d’associations agissant pour une agriculture citoyenne et territoriale.

Horaires : 12h15/14h00
Lieu : 2799 rue d’Ypres à Wambrechies, lieu de production d’Hugues Trachet

Inscription auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 8 septembre 8h00
Attention, la capacité d’accueil étant limitée à 20 participants maximum, les inscriptions seront prises par ordre d’arrivée.

PAF : 6 euros à payer sur place si vous réservez un casse-croûte

Casse-croûte du vendredi 17 septembre 2021

Permaculture humaine

Celui qui sait c’est celui qui fait : l’îlot au boulot

Avec Dominique ROUZE, présidente Permaculture Humaine, fondatrice de la plateforme du jardin partagé

Association Permaculture humaine à Roubaix

Permaculture humaine est une association qui promeut le « Faire » : celui qui sait c’est celui qui fait » et ce en cheminant entre la ville et la campagne par des sentiers inexplorés. 

Pour Dominique Rouzé, c’est une réflexion intérieure, « qui suis-je » et « que fais-je », suite à une expérience de vie d’aidante auprès de sa maman qui est devenue aveugle. Reconnaissante à cette femme qui lui a rendu la vue à la croisée des chemins de deux cultures, paysanne et citadine, elle ressent le besoin de lieux de coopération qui rassemblent et permettent de grandir ensemble. 

Ainsi est née la plateforme collaborative https://www.cultivonsmalin.com/ afin de mettre à disposition des lopins de terre qui font défaut et de commencer des projets à impact environnemental et social à côté de chez soi.

Localisation

« Permaculture Humaine » est un projet de culture de la terre et de culture des liens localisé sur l’îlot Rossini (Secteur Nord de Roubaix, QPV de l’Alma/Cul-de-Four). Il s’inscrit dans le cadre de l’appel à projet « Ville Nourricière » de Roubaix retenu en mars 2019. Les quartiers Nord se trouvent être encore plus touchés par le chômage que le reste de l’agglomération roubaisienne (36% contre 26% dans l’agglomération totale) et par conséquent présentent un revenu par habitant plus faible (en moyenne 1233€/habitant/mois contre 1433€/habitant/mois).

Atout du Jardin Terra Teresa sur le site Rossini : implanté sur une ancienne friche (convention avec l’aménageur Ville Renouvelée) qui présente une surface en extérieur de 3000 m², permettant la mise en œuvre de nombreux ateliers tout en respectant les mesures sanitaires. La porte d’entrée est la permaculture et les activités de plein air.

Publics 

Les coopérants du KPA “Permaculture humaine” sont repérés par les structures sociales locales (Secours populaire, La Maison des Femmes, Conseil consultatif de la jeunesse, Centre social de l’Alma et Basse-Masure) qui détectent, au sein des publics qu’elles côtoient et accompagnent, des envies et des compétences qui pourraient correspondre aux différentes activités proposées sur le site de la friche. L’orientation est notamment faite par les éducateurs de quartier. Les publics cibles sont en particulier les jeunes et les femmes isolées. L’objectif est de mobiliser 18 coopérants en contrat CAPE sur deux ans.

Spécificité locale de l’accompagnement

Trois activités principales pourront servir de support aux contrats CAPE :

·        Collecte de biodéchets à vélo

·        Transformation de légumes par lacto fermentation

·        Chantier bois

L’accompagnement proposé intègre :

· du coaching sportif pour redynamiser ou canaliser les coopérants en fonction de leurs besoins,

· des formations spécifiques et techniques autour des trois chantiers (mécanique vélo, métiers de bouche, éco-construction)

· du suivi individuel post parcours CAPE pour travailler le projet professionnel (de création d’activité, de formation, de recherche d’emploi).

Une approche du « sans couture »

A l’issue de la phase de test au sein de l’association “Permaculture Humaine”, le coopérant est accompagné pour développer un projet de reprise d’activité qu’il s’agisse d’entrepreneuriat, d’une embauche ou d’une formation complémentaire (démarches administratives, définition de son projet, contact client…). Un suivi est mis en place après la reprise d’activité, avec rendez-vous présentiel auprès d’un responsable de l’association.

Pour soutenir ce programme 100% inclusion : https://www.helloasso.com/associations/permaculture-humaine/formulaires/1/widget

Horaires : 12h15/14h00
Lieu : 44 rue Rollin, Roubaix
Inscription auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 17 septembre 8h00
PAF : 6 euros à payer sur place si vous réservez un casse-croûte

Casse-croûte vendredi 18 juin 12h15/14h00 en présentiel

Comment ça vrac et Mes Voisins Producteurs

Par les fondateurs de ces deux initiatives

Le confinement de mars 2020 a permis à certaines initiatives autour de la distribution vertueuse de produits de consommation alimentaire de se développer.

En voici deux qui cochent beaucoup de cases : livraison vélo, producteurs locaux, du bio, collecte de déchets ou zéro déchets, anti-gaspi, création de sa propre entreprise…

Avec Comment ça vrac :

Créé par deux amis qui partagent une certaine vision du monde, Comment ça vrac est inspiré du passé remis au goût du jour : l’épicerie mobile est un moyen simple et pratique de faire ses courses. Comment ça vrac permet d’avoir des fruits, légumes et d’autres aliments en vrac au bon prix et devant chez vous. Du bio, du local et à vélo !

Comment ça vrac est la première épicerie mobile qui amène le marché directement chez les consommateurs.

Il n’y a pas de commande préalable. Il suffit de réservez une heure de passage pour faire ses courses devant chez soi. C’est un rendez-vous hebdomadaire qui peut être partagé entre voisins.

Des fruits, des légumes, et toutes sortes d’aliments en vrac : pâtes, riz, légumineuses… Mais aussi, des jus, des condiments et même du pain… Le tout, dans une démarche zéro déchet, anti-gaspillage et en circuit-court !

Plus d’infos ici

Et avec Mes Voisins Producteurs :

Pour son fondateur, l’objectif en 2016 était de créer une entreprise pour offrir à son fils une meilleure alimentation : il l’a fait ! Aujourd’hui, c’est toute la métropole Lilloise qui a accès à de bons produits, en circuit court, livrés à vélo. Son ambition c’est de permettre à chacun de commander rapidement des produits frais et locaux et de se faire livrer, même après le travail.

Le service Mes Voisins Producteurs c’est une commande par Internet et livraison de courses à domicile par vélo triporteur ! C’est un choix issu de 65 producteurs locaux.

Le confinement a fait multiplier l’activité par 8.

L’entreprise a été notamment « Lauréat ‘Espoirs de la RSE » des trophées de l’économie responsable du Réseau Alliances ».

Plus d’infos ici

Horaires : 12h15/14h00

Lieu : locaux de Mes Voisins Producteurs 11 Rue d’Avesnes, 59000 Lille

Inscription auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 18 juin 8h00

PAF : 6 euros si vous réservez un casse-croûte (préparé par les voisins producteurs)



!