Saint Urbain – Mercredi 19 décembre 2018 -18H

Conseils citoyens et Education à l’Environnement Urbain

Avec les membres du CA de VivaCitéS Hauts-de-France et Frédérique Lepot et Aurélie Kopitsch de la Ligue de l’enseignement du Nord.

Présentation de la Ligue de l’enseignement

Présentation de VivaCitéS Hauts-de-France

Témoignages d’une relation entre conseil citoyens et Education à l’Environnement Urbain : Denain et Quiévrechain

Autres témoignages… à votre écoute.

Débat

Pot de l’amitié

 Horaire : 18h00-20h00

Lieu : Ligue de l’enseignement, Fédération du Nord, 7 rue Alphonse MERCIER Lille

 PAF : gratuit. Inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 19 décembre à 8h00.

 

Casse-croûte du vendredi 7 décembre 2018 – 12H15-14H

La Chartreuse de Neuville, Centre Culturel de Rencontres Européen.

Avec Alexia Noyon, directrice.

La Chartreuse de Neuville se situe à Montreuil sur mer. C’est un lieu aux vies multiples. Construite comme monastère par l’ordre des Chartreux en 1324, détruite à la Révolution puis reconstruite en 1870, elle est tour à tour imprimerie, sanatorium, phalanstère culturel, hôpital civil de guerre, hospice-asile. Abandonnée ensuite, elle ré-ouvre ses portes au public en 2008. Son architecture et son histoire européenne évoquent en permanence la relation de l’individu au collectif, la complémentarité des talents et l’innovation par l’expéri­mentation.

Aujourd’hui, elle est devenue Centre Culturel de Rencontres Européen au service de l’innovation sociétale et artistique des territoires avec une programmation et une offre d’activités annuelles, variées et inclusives. Le lieu est unique pour accueillir, favoriser les synergies, accompagner les acteurs de changement, les entreprises et les organisations et faire émerger des projets.

Il s’inscrit dans un modèle économique d’entrepreneuriat social et culturel pérenne associant de manière inédite des acteurs de l’intérêt général et des investisseurs privés.

4 pôles d’activités :

Innovation sociétale : rencontres, débats, expérimentations, incubation de projets, animation de communautés, organisation d’ateliers et de formations.

Création et patrimoine : visite du monument et de ses jardins, accueil de chercheurs, d’auteurs et d’artistes en résidence, programmation artistique pluridisciplinaire, service éducatif.

Insertion et formation : lutte contre l’illettrisme, emplois d’insertion, services civiques, stages de professionnalisation, ateliers d’insertion sociale, de pré-orientation et thérapeutiques, formations qualifiantes en partenariat dans plusieurs secteurs.

Nouveaux modèles économiques et de gouvernance : capitalisation, expérimentation, accompagnement et partage.

L’association de préfiguration de la Fondation La Chartreuse de Neuville, présidée par Jean-Paul Delevoye, est composée de 4 collèges regroupant 22 administrateurs issus des secteurs privés, publics et de la société civile.

 Pour en savoir plus : www.lachartreusedeneuville.org

 Horaire : 12h15-14h00

Lieu : MRES 23 rue Gosselet Lille

 PAF : 6 euros (pour les sandwichs) inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 7 décembre à 8h00.

 

Petit déjeuner créatif – vendredi 30 novembre 2018 – 9H30 -11H30

 Dans le cadre de Biennale de cartographie #1 proposée par VivaCitéS Hauts-de-France et Interphaz.

Vers une cartographie participative des cheminées industrielles en métropole lilloise.

Avec Franck Larere de l’association le Non Lieu à Roubaix,  Frédérique Coppin de la Ville de Tourcoing et Béatrice Auxent de VivacitéS HdF.

 Depuis plusieurs années, le territoire de Roubaix-Tourcoing est devenu un laboratoire de recherche et d’expérimentation. Ces deux villes concentrent à elles seules le quart des cheminées industrielles du Nord.

L’association le Non Lieu a généré de nombreuses productions artistiques. Il est à l’origine du rendez-vous annuel intitulé « Les beffrois du travail » qui se fait en partenariat avec plusieurs villes et associations de la Métropole lilloise, et au-delà.

Une première étude universitaire sur la lisibilité des cheminées d’usine de Roubaix et Tourcoing a été menée en 2015/2016 par des étudiants de Licence 3 en Aménagement de Lille 1. Les élus des deux villes ont soutenus l’approfondissement : une analyse multicritère systématique des 63 cheminées et la mesure du sentiment d’appropriation des publics à ces totems urbains singuliers ont été menées par un atelier Master 2 Aménagement et patrimoine de Lille 1 en 2017/2018, bénéficiant de l’encadrement du Non Lieu également.

La connaissance scientifique et l’appropriation, par les habitants et les publics, du patrimoine sont des objectifs qui intéressent Roubaix et Tourcoing, labellisées Ville d’Art et d’Histoire, mais pas seulement. Ce patrimoine industriel identitaire peut faire l’objet d’une approche sensible et durable pour tout-un-chacun.

VivaCitéS Hauts-de-France a donc organisé ce temps créatif pour réfléchir ensemble à ce que serait une cartographie participative des cheminées industrielles en métropole lilloise.

Quelques questions à se poser : que veux-t ’on représenter ? Quel type de cartographie ? Que représenter ? Quelle légende ? Pour qui ? Pourquoi ? Quel possible livrable en 2020 dans le cadre de Capitale Mondiale du Design ? Comment y arriver ? Qui porterait l’action ? Qui est intéressé pour poursuivre l’aventure ?

Inscription auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr

Lieu : MRES 23 rue Gosselet Lille Salle expo.

 PAF : gratuit

 Programme complet et mis à jour de la biennale sur :

http://www.interphaz.org/biennale-de-cartographie-2018/

Evénement en ligne sur : https://www.facebook.com/Interphaz/photos/gm.339360996625202/2325461064148998/?type=3&theater

Contact et informations : Félicia Tran cartographies.interphaz@gmail.com

Il reste des places pour l’Idéathon du samedi et dimanche : profitez de conditions exceptionnelles de mise à disposition de locaux, matériaux, machines et venez prototyper ! 48H dans un FabLab pour relever un défi en équipe et proposer une cartographie créative.

Sur inscription seulement / contact.uppj@gmail.com
Pour les 16/30 ans, avec l’UPPJ

 

 

BIENNALE DE CARTOGRAPHIE PARTICIPATIVE

LA BIENNALE

La cartographie est souvent perçue comme n’étant qu’un objet géographique permettant la représentation scientifique de l’espace.
Mais la carte peut autant nous offrir un voyage dans l’espace que dans le temps.
Elle devient alors un outil magique qui peut révéler bien des secrets en donnant à voir l’invisible (des flux immatériels, des mutations, des faits…).

La Biennale de Cartographie est l’occasion de la mettre à l’honneur et de vous la faire découvrir.

Vous serez invité à la parcourir, à la créer, à
l’expérimenter et à vous l’approprier durant quatre jours à travers des ateliers, des conférences et des balades qui vous offriront un nouveau regard sur le territoire.

29 NOVEMBRE 2018

– Visite des plans reliefs. Sur inscription seulement : https://bit.ly/2PPhcHj, 12h30-13h30, au Palais des Beaux-Arts, LILLE

– SOIRÉE D’OUVERTURE, 18h30-20h30 à La Grappe, au 75 rue Léon Gambetta, LILLE

Où en est la cartographie ? avec Eric Leclerc, Gilles Palsky et Jean-Luc Arnaud

Suivi de Pitch ta carto !

30 NOVEMBRE 2018

– Petit Déjeuner : Autour de la création d’une cartographie des cheminées industrielles avec Vivacités Hauts-de-France, sur inscription auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr, 09h30-11h30, à la MRES, LILLE

– Visite des plans reliefs. À destination des 16-30 ans. Sur inscription seulement : https://bit.ly/2PONBh3, 12h30-13h30, au Palais des Beaux-Arts, LILLE

– Brunch Conférence : Comment les cartes sensibles et participatives, en apportant un nouveau regard sur le territoire, deviennent des enjeux d’attractivité touristique ? avec Stéphanie Bost, Nicolas Vallet, Pascaline Boyron et Nicolas Lescieux, 12h00-14h00 à la Maison Folie Wazemmes, LILLE

– DataVille : jeu sur les données personnelles urbaines, horaires et lieu sous réserve, LILLE

– Conférence sur les cartographies 2.0, 19h00-21h00, à L’Odyssée, LOMME

La cartographie à l’heure du numérique, de nouvelles méthodes et nouveaux outils de visualisation pour des nouveaux usages, avec Gilles Palsky, Sophie Pittalis et Nicolas Ammeux (Urbiviz)

IDÉATHON – 1ER ET 2 DÉCEMBRE 2018

48H dans un FabLab pour relever un défi en équipe et proposer une cartographie créative. Sur inscription seulement : http://www.bitly.fr/5l3

Pour les 16/30 ans, avec l’UPPJ, au TECHSHOP, 30 rue Henri Régnault, LILLE

1ER DÉCEMBRE 2018

– Balade et cartoparty autour de la cyclabilité avec l’ADAV, 10h00-12h00. Lieu sous réserve. LILLE

– Balade touristique de Saint-Sauveur, Saint-Michel, République et Vauban avec Lille Free Tour, 10h00-12h00, rendez-vous à Porte de Paris, LILLE

– Initiation à Open Street Map avec Cartopen, 14h00-18h00, lieu sous réserve, LILLE

– Balade et rencontre avec les graffs présents dans les rues de Lille avec Collectif Renart, 16h00-17h30, RDV devant la Gare Saint Sauveur. 25 participants maximum : https://bit.ly/2ANxATA

– Venez dessiner et interroger votre environnement quotidien, qu’il soit visible ou inventé avec Atelier Sauvage. Lieu et horaires sous réserve.

2 DÉCEMBRE 2018

– Venez dessiner et interroger votre environnement quotidien, qu’il soit visible ou inventé avec Atelier Sauvage. Lieu et horaires sous réserve.

– Cartopen initie l’Echappée Bière à l’Open Street Map, 9h00-13h00, à l’Echappée Bière, LILLE

programme-pliant-A3 final

Casse-croûte du vendredi 16 novembre 2018 12H15-14H

L’habitat participatif en métropole lilloise (et au-delà).

Avec les ToitMoiNous de Villeneuve d’Ascq et l’association Eco Habitat Groupé. 

Plus de 30 ans après les premières réalisations de Villeneuve d’Ascq, l’habitat groupé (ou participatif)  connait une nouvelle jeunesse dans la métropole lilloise.

Plusieurs projets sont en réflexion, en cours ou réalisés à Lille, Roubaix, Villeneuve d’Ascq, Sainghin en Mélantois ou ailleurs dans la région.

VivacitéS vous propose de nous retrouver à Villeneuve d’Ascq chez les ToitMoiNous qui – après plusieurs années de travail, de joie, de peine, d’espoir … – ont intégré leur logement au cours de l’été. Ils nous expliqueront leur projet et nous feront visiter l’opération.

En complément, l’association ÉCO Habitat Groupé NPdC nous parlera de la dynamique de l’Habitat Groupé dans notre région et nous emmènera – pour ceux que le temps ne presse pas trop-  (re)découvrir Anagram et Hagrobi réalisées dans les années 80/90. Ils nous diront si leur projet était une utopie réaliste.

Horaires : 12h15-14h00 puis temps de visite des opérations « historiques » Anagram et Hagrobi pour ceux qui le peuvent.

Lieux : RDV 9 allée de la Courtoisie à Villeneuve d’Ascq  (nouvelle allée donnant sur la rue du 8 mai 45, à proximité de la place Jean Moulin).

PAF : 6 euros (pour les sandwichs) inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 16 novembre  à 8h00.

 

Balade urbaine du samedi 6 octobre 2018 9H30-12H

Ville Neuve d’Ascq à Vélo

Avec Pierre Thieffry

 Villeneuve d’Ascq, Ville Nouvelle des années 70.

Un vélo-rétro pour comprendre les ambitions des politiques urbaines de l’époque.

Les Tops, les Flops, les petites et grandes histoires de sa fabrication.

De l’Hôtel de Ville au lac du Héron, en passant par Pont de Bois, Château et Cousinerie.

Et un pot final chez Owens 36, le refuge des sportifs du week-end.

Emmené par Pierre Thieffry, qui fut l’un des acteurs de l’Etablissement Public (EPALE) qui a conduit l’opération.

 Horaires : 9h30-12h00

Lieux : Départ Hôtel de Ville de Villeneuve d’Ascq (dalle haute) avec votre vélo

Arrivée Owens 36, 3 Allée du Café-Concert, 59650 Villeneuve-d’Ascq

 

PAF : sans mais inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 5 octobre à 8h00.

Casse-croûte créatif du vendredi 28 septembre 2018 12h15-14h

Quelles relations possibles entre éducation à l’environnement urbain et journalisme d’investigation ?

Avec VivaCitéS Hauts-de-France et Médiacités

Environnement urbain et éducation à l’environnement urbain vus par VivaCitéS

L’environnement urbain ne désigne pas que la nature en ville (faune, flore) ou les domaines de l’environnement (eau, air, sol, déchets…) appliqués au milieu urbain. Mais il n’est pas non plus un milieu totalement artificiel, sans référence à la nature. VivaCitéS Hauts-de-France pense que la ville n’est pas une offense à l’environnement, mais un environnement en soi. Cette position met volontairement l’homme et la société au cœur de sa définition de l’environnement urbain qui serait alors une combinaison de composantes liées au social, au culturel, à l’environnement, à l’économie, le tout en perpétuel mouvement et régi par des flux de plus en plus rapides.

L’éducation à l’environnement urbain est un concept en action. Chaque acteur d’une ville – élu, concepteur, usager, philosophe, scientifique … – détient une part de compréhension, de gestion, de décision par rapport à l’environnement. La question du décloisonnement est indispensable mais difficile à mettre en œuvre. La tentation du repli sur le local est grande, alors que l’approche globale passe par les changements d’échelles territoriales. Le réflexe de défendre sa propre spécialité est fort alors que l’approche de la complexité passe par l’ouverture aux autres. Chacun finalement reste porteur d’une fraction de réalité, de connaissance, de perception qu’il décide ou non de mettre en partage. L’idée est ainsi née de tendre vers une éducation à l’environnement urbain pour tous par le croisement des regards. Celle-ci aurait comme objectif le bien vivre ensemble et la conscience d’être un citadin citoyen, quel que soit son rôle dans la ville.  L’éducation à l’environnement urbain s’inscrit dans les temps personnels et professionnels de chacun. Elle se positionne pour une gouvernance issue de l’écoute des expériences individuelles vers une réflexion d’intérêt collectif et général. Cela se décline notamment par un processus vertueux d’éducation et de participation.

Le journalisme d’investigation vu par Médiacités

Mediacités est un site d’investigation locale présent à ce jour dans quatre métropoles (Lille, Lyon, Toulouse et Nantes). C’est un journalisme d’enquête et de décryptage qui est prôné, un journalisme de contre-pouvoir au service de la démocratie. Son acception de l’investigation est donc large. Elle ne se limite pas aux questions de conflits d’intérêts, corruption ou autre abus. La ligne éditoriale exigeante et « sans concession » permet de sortir du récit habituel porté par les communicants de tout poil – notamment sur les enjeux d’environnement urbain. A titre d’information, les collectivités locales de France (toutes catégories confondues) dépensent chaque année 2 milliards d’euros en communication et compte 50 000 communicants. Un chiffre à rapprocher des… 35 000 journalistes de France (un chiffre en recul depuis 2009 vu la crise du secteur de la presse). Certes, il a une tendance à braquer les projecteurs sur les dysfonctionnements… pour que les choses bougent, persuadés qu’en nommant le problème on contribue à le résoudre.

Quelles relations ?

Mediacités s’est rapproché de VivaCités lors de son lancement à Lille il y a vingt mois. Depuis, des thématiques comme sociologie de Lille, gouvernance métropolitaine, politique régionale énergétique ou de transports, plan d’urbanisme métropolitain, etc. ont été abordées qui intéressent l’environnement urbain et possiblement l’éducation à l’environnement urbain. Le prolongement naturel des enquêtes pourrait être dans le débat public, afin que les lecteurs-citoyens s’emparent des enjeux évoqués. Médiacités a la volonté de le faire davantage au cours des mois à venir, d’accentuer une démarche éditoriale participative – c’est à dire qui s’appuie sur l’expertise citoyenne et la remontée d’informations du terrain. A titre d’illustration, voici ce que pourrait donner une enquête participative – ici appliquée aux enjeux de la pollution de l’air dans les Hauts-de-France : https://www.mediacites.fr/forum/2017/05/26/enquete-participative-la-carte-des-pollueurs-tricheurs-des-hauts-de-france/

Le casse-croûte créatif

Médiacités n’est pas le seul média d’investigation mais son interpellation permet à VivaCitéS de réfléchir à cette relation entre éducation à l’environnement urbain et journalisme d’investigation en général et entre VivaCitéS Hauts-de-France et Médiacités en particulier.

La formule déjà expérimentée de casse-croûte créatif nous y aidera.

Il est ouvert à tous bien évidemment.

Il est préparé par Béatrice Auxent, Jean-Marie Ernecq, Hugo Soutra et Jacques Trentesaux.

Horaires : 12h15-14h00

Lieux : MRES 23 rue Gosselet Lille. Salle expo rez-de-chaussée.

 PAF : 6 euros (pour les sandwichs) inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 28 septembre à 8h00.

Casse-croûte du vendredi 14 septembre 2018 12H15-14H

Inégalités socio-spatiales en métropole de Lille

Avec Fabien Desage et Fabien Eloire, deux des auteurs du livre « Sociologie de LILLE »,  membres du collectif Degeyter

L’ouvrage

Au sein d’une collection* éditée par La découverte, « Sociologie de Lille » est paru en juin 2017. Il rend compte des transformations, indissociablement politiques, économiques et sociales, qui font de l’agglomération lilloise un site privilégié pour comprendre les dynamiques inégalitaires des villes contemporaines.

Le collectif Degeyter

Sous le pseudonyme Collectif Degeyter, en référence à Pierre De Geyter, ouvrier à Lille et compositeur de l’Internationale en 1888, il est composé de neuf enseignants-chercheurs sociologues, politistes et géographes des universités Lille 1, Lille 2, Lille 3 et Paris-Est-MLV : Antonio Delfini, Fabien Desage, Fabien Eloire, Remi Lefebvre, Yoan Miot, Frédéric Poulard, Stéphanie Pryen, Juliette Verdière et Cécile Vignal (coordination).

Ce qui a intéressé VivaCitéS Hauts-de-France

Cet ouvrage montre que les grands mythes de la modernisation métropolitaine peinent à cacher l’hétérogénéité des espaces vécus dans une seule et même agglomération, Bien que singulière, la métropole de Lille est avant tout exemplaire : elle incarne les risques d’un développement urbain peu soucieux du destin des classes populaires, sur lesquelles son essor s’est pourtant bâti il y a deux siècles à peine. Il éclaire les tensions existantes entre le développement socio-économique urbain et les inégalités sociales persistantes, et chassent ainsi le mythe d’une métamorphose métropolitaine bénéficiant à toute la population de l’agglomération lilloise.

Cette approche inédite de corrélation entre histoire et spatialité permet de mieux se projeter dans les projets à venir.

*Existe aussi Sociologie de Berlin, Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes, Paris, la Corse, San Francisco, la Chine, les villes.

Dédicace et achat possible sur place

 Horaires : 12h15-14h00

Lieux : MRES 23 rue Gosselet Lille

 PAF : 6 euros (pour les sandwichs) inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 14 septembre à 8h00.

Casse-croûte du vendredi 15 juin 2018 12H15-14H

Centre d’interprétation Cité des Electriciens – BRUAY la Buissière

Avec Isabelle MAUCHIN Responsable de la Cité des Électriciens – Service Culture – Communauté d’Agglomération de Béthune-Bruay, Artois Lys Romane

Une des plus anciennes cités minières de la région a été complètement réhabilitée. Un vaste chantier de deux ans pour sauvegarder un patrimoine exceptionnel mais aussi en faire un lieu de vie artistique et de rencontre avec le public.

Elle a été baptisée ainsi à cause du nom de ses rues : Ampère, Faraday, Franklin, ou encore Edison. Elle se compose d’une quarantaine de logements d’environ 40m², petites maisons en brique, toutes alignées qui disposent d’une grande pièce à vivre, d’un comble pour dormir et d’une cave. Quelques scènes du film de Dany Boon « Bienvenue chez les chtis » (sorti en 2008) y ont été tournées.

index

Un patrimoine exceptionnel

Construite à partir de 1856 pour loger les ouvriers mineurs de la fosse n°1 de Bruay, la cité minière a vu passer plusieurs générations de mineurs. Au début de la période minière, les premiers types d’habitat spécifiquement liés à l’exploitation des mines sont encore sous l’influence des modèles ruraux. La cité conserve son organisation d’origine avec les voyettes, les carins (ou dépendances) et le jardinet.

De par son état de conservation exceptionnel, la Cité des Electriciens fait partie de l’inscription du Bassin Minier du Nord-Pas de Calais au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les façades et les toits sont classés au titre des monuments historiques.

Un lieu de vie et de rencontre

Certaines maisons deviendront des gîtes pour accueillir les touristes ou seront louées. D’autres seront transformées en ateliers d’artistes. Et il y aura aussi un espace qui retracera la vie dans les corons. C’est le seul bâtiment qui sera construit. Il s’agit de faire de la Cité des Electriciens un lieu de vie et de rencontre avec le public.

Il s’agit en particulier de réaliser un centre d’interprétation du paysage, de l’urbanisme et de l’habitat miniers. Une partie des logements de mineurs a ainsi été transformée en centre d’interprétation dédié à l’habitat et, à la place d’un ancien baraquement, un bâtiment neuf a été créé pour accueillir la partie du centre d’interprétation dédiée au paysage. D’autres logements ont été transformés en gîtes et en résidences d’artistes tandis que les carins, petites annexes des logements miniers, ont été adaptées pour accueillir différents services : sauna, clapier, buanderie, etc. Les espaces communs seront dédiés aussi bien aux touristes qu’aux habitants.

C’est l’agence Philippe Prost architecte, et les paysagistes de l’Atelier FORR qui ont conçu cette réalisation.

 Plus d’infos :

Le lieu en 2008 : https://www.youtube.com/watch?v=X6fQSZOAUfY

Avancée du projet en 2016 https://www.youtube.com/watch?v=ICGshg7PjRQ

Avancée du projet en 2017 : https://www.youtube.com/watch?v=0obAmO6Ow7c

Et aussi le projet architectural : https://archicree.com/realisations/la-cite-des-electriciens-a-bruay-fragment-dun-patrimoine-minier-en-devenir/

 Horaires : 12h15-14h00

Lieux : Rue FRANKLIN à BRUAY LA BUISSIERE.

 PAF : 6 euros (pour les sandwichs) inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 15 juin à 8h00.

Co-voiturage : un départ de Lille est possible. Merci de vous manifester en tant que co-voitureur ou co-voituré avant le mercredi 13 juin 8h00 auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr

Casse-croûte créatif du lundi 28 mai 2018 12H15 – 14H

Vers un Réseau Eurométropolitain des lo-Routes dit « REVER ».

Avec Jean-Marie Ernecq, membre du Forum de l’Eurométropole

Dans le cadre de la semaine européenne du développement durable.

Ce projet est porté par le Forum de l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai, instance de représentation de la société civile auprès du politique (http://fr.eurometropolis.eu/). Il a été élaboré au sein du groupe de travail Trame Verte et Bleue. Il propose de s’appuyer sur cette trame pour articuler les réseaux et la pratique des modes doux de part et d’autre de la frontière, pour faciliter les déplacements liés aux loisirs, au travail ou autres motifs.

Il s’agit de valoriser une pratique flamande et wallonne articulée au versant français en combinant de façon transverse « économie, paysage, mobilité, patrimoine, aménagement, signalétique, informatique, tourisme, formation, financement collaboratif innovant… »

Ce casse-croûte créatif vise à présenter le projet pour le versant « MELillois » et de repérer les partenaires associatifs, acteurs divers, citoyens, que cette démarche transfrontalière intéresse. En effet, cette action devra s’appuyer sur les acteurs directement impliqués sur cette thématique et tenir compte de leurs réflexions, de leurs projets et de leurs actions.
Par exemple, des activités d’animation combinant des activités terrestres et fluviales mériteraient d’être étudiées en s’inspirant d’actions déjà en place. Un volet de cartographie participative est envisagé….

Jean-Marie Ernecq est l’animateur du projet côté société civile eurométropolitaine – 3 versants.

Même si vous ne pouvez venir à ce temps du 28 mai, vous pouvez manifester votre intérêt pour le sujet à beatrice.auxent@nordnet.fr

Horaires : 12h15-14h00

Lieux : MRES

 PAF : 6 euros (pour les sandwichs) inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 28 mai à 8h00.