Casse-croûte du vendredi 28 juin 2019 12H15-14H

La Transfo Mel et la 27ème Région 

Avec Dométhilde Majek, chargée de projets design pour la 27ème région, et le témoignage de Silvère Mercier, MEL.

La 27e Région : Un laboratoire pour transformer les politiques publiques

Depuis 2008, elle conduit des programmes de « recherche-action » visant à tester de nouvelles méthodes d’innovation avec les acteurs publics. Elle fait le pari de la pluridisciplinarité en mobilisant des compétences issues du design et de la conception créative, des sciences sociales (ethnographie, sociologie de terrain, observation participante) ou encore des pratiques amateurs (do-it-your-self, éducation populaire, etc.). Le point commun de ces approches est qu’elles privilégient l’expérience vécue par les utilisateurs, agents et citoyens, comme un point de départ pour réinterroger les politiques publiques.

La 27e Région n’est pas un prestataire et n’a pas de clients, c’est un projet d’intérêt général.

La Transfo : un programme expérimental et inter-administrations.

Créé en 2011 par la 27ème Région, il vise à accompagner des administrations dans la préfiguration de leur propre fonction « innovation » ou « Labo ». À cette fin, une équipe pluridisciplinaire est embarquée au sein de chaque administration partenaire durant 1 à 2 ans. Elle travaille main dans la main avec un groupe d’agents « ambassadeurs » afin de tester « en situation réelle » la future fonction innovation, ses projets, ses méthodes, son équipe, sa gouvernance…

Outre cet objectif opérationnel, la Transfo est conçue comme un dispositif ouvert qui permet de créer de la connaissance inter-administrations. Cela passe notamment par les Intertransfos – journées de réflexion, d’échanges et d’analyse qui rassemblent les équipes engagées dans le programme.

La Transfo Lille-MEL

« Trop d’administration tue l’administration » déclare une des ambassadeurs. Depuis mars 2018, c’est bien le principe de la TRANSFO à la Métropole européenne de Lille : une vingtaine d’ambassadeurs provenant de tous les horizons et de tous les métiers de la Métropole de Lille se sont retrouvés tous les mois pour des sessions de travail de deux ou trois jours : différents sujets d’application afin d’expérimenter de nouveaux modes de travail inspirés de la pratique du design des politiques publiques dans l’objectif, de mettre en place un labo, c’est-à-dire une dynamique d’innovation pérenne au service de la structure.

La Transfo MEL se termine le 21 juin 2019, nous aurons le plaisir d’une présentation « à chaud » de cette pratique innovante. Nous verrons comment la Transfo compte se prolonger en labo.

Bien sûr la Capitale Mondiale du Design 2020 n’est pas étrangère à cette expérimentation.

Nous serons d’ailleurs accueillis dans le Living Lab de celle-ci. Un lieu dédié à l’expérimentation, aux opportunités et aux échanges et lieu d’information et de formation, le Living Lab propose des rencontres, ateliers, conférences autour de Lille Métropole 2020 Capitale Mondiale du Design, les enjeux et les grands défis du design.

Site de la 27ème région : http://www.la27eregion.fr/en/

Blog des transfos : http://www.la27eregion.fr/transfo/

Blog de la transfo Lille MEL : http://latransfo.la27eregion.fr/category/transfo-5/ et http://latransfo.la27eregion.fr/presentation-lille/

Le Living Lab de Capitale Mondiale du Design 2020 : https://www.lillemetropoleworlddesigncapital2020.fr/living-lab/

Horaire : 12h15-14h00

Lieu : Living Lab de la Capitale Mondiale du Design, 10 rue des Poissonceaux à Lille – Face au Noveau Siècle (centre-ville Lille).

 PAF : 6 euros (pour les sandwichs) inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 28 juin à 8h00.

Balade urbaine du samedi 1er juin 2019

A Wasquehal

Avec l’association Wasquehal en transition

 Evènement inscrit dans la programmation « semaine européenne du développement durable ».

Au début du XXe siècle, Wasquehal est une commune quasi-rurale aux bords de la rivière la Marque, entre trois villes importantes, Lille-Roubaix-Tourcoing.

Son géant est un jardinier…tout un symbole !

Viennent ensuite trois périodes de développement urbain :

– Les années 30, avec les maisons « loi Loucheur », quelques belles demeures et une  école du centre art-déco,

– Les années 60, avec l’urbanisation de toute l’aire communale,

– Les années 80 et suivantes, avec le développement d’un habitat pavillonnaire et résidentiel et l’arrivée du métro…

C’est aujourd’hui une ville de plus de 20000 habitants, à proximité de l’A22, qui détient le record de constructions dans les Hauts de France.

Pourtant, certains espaces naturels et agricoles y subsistent encore, ainsi que la trame verte et bleue autour de la Marque et du Canal de Roubaix : pour combien de temps encore ?

Quel patrimoine préserver ?

Quelle urbanisation promouvoir aujourd’hui face aux enjeux climatiques et de biodiversité ?

C’est l’enjeu de cette balade que vous proposent en commun VivaCitéS et Wasquehal en Transition

Circuit pédestre de 4 kms environ.

Regards croisés pressentis : Bernard De Veylder, président de Wasquehal en transition ; Habitants du Sentier du Laurier ; un membre du GON…

Horaire : 10h00-12h30

Lieu : RV à 10h00 au coin de la rue des Frères Gonthier et de l’Avenue de Flandre (arrêt de tram « Pont de Wasquehal »)

Arrivée au « vieux moulin », derrière l’église Saint Nicolas

 PAF : gratuit mais inscription souhaitée auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 31 mai à 18h00.

Casse-croûte du vendredi 17 mai 2019 12H15-14H

SOLAR DECATHLON EUROPE 2019 

HABITER 2030.

Avec des représentants de l’équipe en compétition et de l’association régionale Habiter2030

Capture-300x213

→ LE SOLAR DECATHLON EUROPE 2019.

Le Solar Decathlon (10 épreuves) est une compétition universitaire internationale crée en 2002 aux États-Unis. Une déclinaison européenne existe depuis 2010. Le Solar Decathlon Europe 2019 a comme particularité la simulation de la rénovation. Elle se tiendra en Szentendre (Hongrie) du 13 au 27 juillet 2019.

Elle met en compétition des équipes venant du monde entier et récompense la meilleure réalisation d’habitat, sous forme de prototype échelle 1 sur la base de 10 épreuves :

1 → ARCHITECTURE

2 → INGÉNIERIE ET CONSTRUCTION

3 → EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE

4 → COMMUNICATION ET SENSIBILISATION SOCIALE

5 → INTÉGRATION DU VOISINAGE ET IMPACT

6 → INNOVATION ET VIABILITÉ

7 → ACCESSIBILITÉ ET DURABILITÉ

8 → CONDITIONS DE CONFORT

9 → FONCTIONNEMENT DE LA MAISON

10 → BILAN ÉNERGÉTIQUE.

→ L’équipe HABITER2030, seule équipe française en compétition.

14 écoles supérieures des Hauts-de-France : architecture, ingénierie, design, sociologie, commerce, sciences politiques, ingénierie textile, construction. L’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et du Paysage de Lille (ENSAPL)  et les compagnons de devoir en tête de file.

Des partenaires professionnels, industriels et territoriaux en soutien pour la réalisation du projet.

Habiter2030 : une association créée pour la compétition et reconnue d’intérêt général. Elle prépare aussi l’après Solar Decathlon Europe 2019.

→ Le sujet

Transformer les maisons dites 1930 en maison économe en énergie, techniquement avancé, éco-responsable en utilisant le soleil comme principale source d’énergie.

→ Le contexte

Dans les Hauts-de-France, réhabiliter massivement et améliorer thermiquement d’ici à 2030 les maisons mitoyennes de la période industrielle, (1850 – 1950) est un enjeu incontournable pour les générations futures. Pour l’équipe Habiter 2030, cela passe par la prise en compte de données économiques, environnementales, culturelles et sociales.

En savoir plus :

Sur le projet : http://solar-h2030.eu/en/ ; http://solar-h2030.eu/en/social-wall/ ; https://www.youtube.com/watch?v=dZN4SrPlECc

Sur l’association : https://www.habiter2030.com/

 Horaire : 12h15-14h00

Lieu : Centre de formation des compagnons du devoir, 118 Rue de Babylone, Villeneuve-d’Ascq.

Tramway vers Roubaix arrêt Le Sart ou Métro ligne 2 arrêt Jean Jaurès.

 PAF : 6 euros (pour les sandwichs-boisson-dessert) inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 17 mai à 8h00.

Suggestion : apporter votre verre pour éviter trop de gobelets jetables.

Casse-croûte du vendredi 26 avril 2019 – 12h15-14h

Restauration de l’église St Joseph

à Roubaix

Avec François Vergin,

Animateur de l’architecture et du patrimoine

Ville de Roubaix

En présence des Compagnons de l’église St-Joseph

Crédits photos Nord Eclair

image001

Expression d’un art réalisant la synthèse entre architecture, peinture, vitrail, lustrerie et mobilier, l’église Saint-Joseph de Roubaix, conçue entre 1876 et 1878, témoigne de la vision avant-gardiste de son auteur (Jean-Baptiste Bethune), fondée sur le dialogue entre sobriété extérieure et luxuriance intérieure.

 Architecte et décorateur belge, Jean-Baptiste Bethune (1821-1894) est considéré aujourd’hui comme l’un des chefs de file de l’école néogothique en Europe. Il est également l’auteur du couvent des Clarisses de Roubaix. Animé d’une grande piété et fortement inspiré par le style gothique flamand, il cherche à faire revivre l’esthétique du monde chrétien médiéval, persuadé que ce renouveau pourrait inspirer une nouvelle société, profondément chrétienne.

Le vitrail du Rosaire provenant des ateliers Stalins-Janssens d’Anvers a obtenu une Médaille d’or à l’exposition universelle de Paris de 1889.
L’édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1992 et classé en 1993. Il est en restauration depuis l’automne 2014.

 Le coût total de l’opération, qui a inclus le remplacement du clocher, a été estimé à 8 millions d’euros, dont la moitié prise en charge par l’État. En 2016, près de 500 000 euros avaient été récoltés via des donateurs privés.

 La ville de Roubaix, au travers de son service Ville d’art et d’histoire », nous convie à une visite d’exception.

 Pour en savoir plus :

Site Internet :

http://www.histoirederoubaix.com/patrimoine-religieux,c377/pierres-de-roubaix,c51/eglise-saint-joseph,c150/

http://www.histoirederoubaix.com/nouvelles-des-travaux-de-restauration-de-l-eglise-saint-joseph,c526/

http://www.histoirederoubaix.com/patrimoine-religieux,c377/pierres-de-roubaix,c51/le-couvent-des-clarisses,c363/

https://www.youtube.com/watch?v=L5Eu8LIc2w0

Ouvrage :

Le baron Béthune à Roubaix – Editions Invenit – Ouvrage relié – 160 pages – Textes en Français –

Sous la direction scientifique de Gilles Maury

Dans son introduction, le grand spécialiste de l’architecture gothique qu’est Roland Recht, éclaire la période de l’histoire culturelle du XIXe siècle qui voit se développer l’esthétique néogothique.

Horaire : 12h15-14h00

Lieu : Eglise Saint Joseph, 132 rue de France Roubaix

PAF : 6 euros (pour les sandwichs-boisson-dessert) inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 26 avril à 8h00.

Suggestion : apporter votre verre pour éviter trop de gobelets jetables.

 

 

 

Casse-croûte créatif du jeudi 4 avril 2019 12H15-14H

Quel accueil pour demain dans nos villes ?

Avec l’association Interphaz

En présence d’Olivier Caremelle – DGS de Grande-Synthe

Quelle ville imaginer pour bien accueillir les migrants? Quels lieux penser pour faciliter leur intégration?

Olivier Caremelle nous proposera une mise en contexte du sujet au travers des actions menées par sa ville, Grande-Synthe. Il présentera également le réseau des Villes Accueillantes en France (et bientôt en Europe) : Grenoble, Saint-Denis, Briançon…

Au-delà des questions posées, nous réfléchirons aussi aux conditions favorables que nous pourrions mettre en place pour un accueil de qualité d’ici à 20 ans.

Ce casse-croûte créatif se tient dans le cadre du Colloque « Regards Croisés sur les Migrations » organisé par Interphaz – Centre Europe Direct Lille Métropole organisé du 2 au 4 avril à Lille

Informations sur https://www.facebook.com/events/2256930907888703/

Plus d’infos sur le réseau des Villes Accueillantes :

https://reporterre.net/Des-dizaines-de-villes-inventent-une-politique-d-accueil-des-migrants

https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/280218/manifeste-de-la-convention-nationale-sur-l-accueil-et-les-migrations-grande

https://www.reseauhospitalite.org/actunationale/27

Association Interphaz  stephanie.bost@interphaz.org www.interphaz.org

www.facebook.com/interphaz

Horaire : 12h15-14h00

Lieu : MRES 23 rue Gosselet Lille

PAF : 6 euros (pour les sandwichs) inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 4 avril à 8h00.

les casse croutes

On se heurte souvent à des freins innombrables pour mettre en œuvre l’approche globale de la ville par le croisement des regards. Chacun est dans sa sphère, dans ses contraintes de calendrier, d’échéancier. Le temps passé pour se rapprocher d’autres acteurs est rarement considéré comme productif et souvent difficile à justifier. Le temps de l’échange avec d’autres champs de compétences nécessite d’expliquer ce que l’on fait et pourquoi on le fait ; l’exercice demande modestie et ouverture.

VivaCitéS Hauts-de-France a imaginé des temps particuliers qui permettent une rencontre informelle des acteurs de la cité issus de champs différents : les « casse-croûtes ». Il semble que ce soit bien l’idée du temps  » off  » qui plaise autant que les contenus riches et variés des actions présentées et les débats sans enjeu autre que de donner du sens à sa propre action.

Ces temps d’échanges et de mise en débat sont la base même de VivaCitéS Hauts-de-France, toutes les autres actions en découlent car c’est là où s’expriment les acteurs et où se capitalisent les regards de chacun.

La formule est simple, le temps du midi, un vendredi par mois :

  • la présentation d’une action, d’un projet, d’une réflexion… par un acteur (élu, professionnel, habitant, association),
  • la mise en débat d’un sujet lié à cette action,
  • le « mot en tension – mot intention » : choix d’un mot par celui qui présente, libre commentaire de ce mot à partir du dictionnaire étymologique par Henry-George Madelaine, échange sur les représentations que chacun a de ce mot.

Ces temps d’échanges, en dehors de tout enjeu opérationnel ou institutionnel, permettent le ressourcement des acteurs, la connaissance des autres et de leurs actions. Ils favorisent les actions en partenariat. Ils donnent du sens à l’action. Ils représentent des temps de co-formation et de qualification des acteurs.

Les balades

La balade urbaine s’inscrit comme un outil de sensibilisation qui favorise la re-découverte du territoire, par une approche transdisciplinaire et participative, dans le but que le « citadin » devienne « citoyen ».

Sensibilisation

Espace de renforcement de l’identité urbaine des individus, la ville est également un support pour la sensibilisation des citoyens. En participant à des balades urbaines, ils pourraient devenir des acteurs de leur territoire.

Par la découverte de la ville, la balade suscite le participant vers un comportement éco-citoyen

Participation

En tant qu’usager et habitant de la ville, nous sommes tous détenteur d’une forme de savoir sur notre ville ou sur notre quartier. Observateur et destinataire de ses changements et aménagements, usager de ses espaces publics, acteur économique, social… chacun s’approprie à sa manière l’espace urbain.

Sur ce constat, l’animateur cherche à susciter l’intervention du groupe en assurant un cadre de circulation équitable de la parole. Ainsi, la balade urbaine est un moment d’échanges et de confrontation des savoirs.

Adaptation

La balade urbaine et les interventions de son animateur doivent s’adapter à tout public, jeune ou moins jeune, averti ou non averti. Il est nécessaire de bien s’accorder sur les objectifs de la balade avec l’organisateur.

Ainsi, nous porterons une attention particulière à la communication. En effet, il faut s’assurer de la bonne adéquation entre notre proposition et le contexte.

Co-construction

La balade urbaine est construite autour d’un thème central, choisi conjointement entre le commanditaire et

l’animateur.

L’animateur s’appuie sur la complémentarité des champs disciplinaires de la ville : architecture, géographie,

urbanisme, histoire, patrimoine… Il co-construit la balade avec les acteurs de la ville : associations, habitants, élus, artistes, spécialistes… Il propose des méthodes d’animation variées (exemples : participative, interrogative, sensorielle, active). Il s’appuie sur des supports diversifiés tels que des plans, photos, documents anciens, grille de lecture….

Vers d’autres perspectives

La balade doit, dans la mesure du possible, s’achever par un temps convivial, qui donne la possibilité de prolonger les débats, selon les affinités et préoccupations de ces participants.

L’animateur clôt son intervention par une évaluation auprès de son public, sous la forme qui lui convient : entretien oral, fiche synthétique, petit jeu…

La balade urbaine est une porte d’entrée qui permet d’impulser d’autres formes d’initiatives sur la ville.

Extrait charte VivaCitéS IdF

Casse-croûte du vendredi 22 mars 2019 – 12H15-14H

L’expérimentation « Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée » sur le territoire de la MEL

site de Tourcoing.

Avec Ghislain De Muynck, directeur de La Fabrique de l’Emploi ,  Eric Vanhuysse, Directeur de Compétences & Emplois en MEL et des bénéficiaires du dispositif. 

La Métropole Européenne de Lille est un des 10 territoires en France retenu par l’État en 2016 pour participer pendant 5 ans à l’expérimentation « Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée » sur deux quartiers, les Oliveaux à Loos et le Triangle Menin aux Phalempins  à Tourcoing.

Imaginé par ATD Quart Monde, le projet vise à répondre au défi du manque d’emplois dans nos territoires, et, à endiguer le chômage de longue durée à partir de 3 hypothèses : les personnes privées d’emploi veulent travailler et ont des compétences, les besoins localement non satisfaits ne manquent pas dans les territoires, l’argent consacré aux coûts du chômage gagnerait à être employé pour créer de l’emploi.

Le principe est simple : les territoires retenus proposent à des personnes privées durablement d’emploi volontaires des CDI, portés par une Entreprise à But d’Emploi, en l’occurrence La Fabrique de l’Emploi sur la métropole lilloise, financés en grande partie par l’État et le Département, et permettant le développement d’activités utiles localement et non concurrentielles (agriculture urbaine, ressourcerie, épicerie sociale et solidaire, services aux populations.).

La particularité réside dans le fait que les personnes privées d’emploi s’engagent dans la création de leurs emplois, à partir de leurs compétences et aspirations, pour être recrutées sans sélection, sans offre d’emploi et sans fiche de poste, et pour travailler dans des organisations participatives et apprenantes.

Ce sont 109 emplois qui ont été créés depuis juin 2017. Il en reste au moins une centaine à créer pour arriver à des territoires « zéro chômeur de longue durée ».

Une seconde vague de territoires expérimentaux pourrait voir le jour en 2020.

Horaire : 12h15-14h00

Lieu : La réunion se tiendra à la Fabrique de l’Emploi 51 rue de Menin à TOURCOING  

 PAF : 6 euros (pour les sandwichs) inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 22 mars à 8h00.

Assemblée Générale Ordinaire – 13 mars 2019 à 12H30-14H30

Au-delà du réseau d’acteurs constitué des 1500 membres de sa liste de diffusion, VivaCitéS Hauts-de-France est aussi une association à laquelle certains d’entre vous adhèrent.

Que vous soyez adhérents ou sympathisants de VivaCitéS Hauts-de-France, je vous invite à notre prochaine assemblée générale ordinaire.

Il est possible de donner pouvoir en cas d’absence (formulaire ci-après).

Il est possible d’adhérer par courrier ou sur place (bulletin ci-après).

 Pour le Conseil d’administration

Béatrice Auxent

Présidente

 Assemblée Générale

Ordre du jour :

  • Rapport moral, rapport d’activités et rapport financier 2018.
  • Actions 2019 : casse-croûtes, casse-croûtes créatifs, balades urbaines, ateliers d’urbanité, St Urbain, préparation biennale de cartographie 2020…

 Horaire : 12h30-14h30

 Lieu : MRES. 23 rue Gosselet 59000 Lille

PAF : 6 euros (pour les sandwichs) inscriptions auprès de beatrice.auxent@nordnet.fr avant le 13 mars à 8h00.

 

POUVOIR

 Assemblée générale ordinaire VivaCitéS Hauts-de-France 13 mars 2019

 NOM :                                                                            PRENOM :

ADRESSE :

VILLE :

TEL :                                                            MAIL : 

Ne pouvant assister à l’assemblée générale :

Je souhaite donner pouvoir à …………………………………………………………………

 A retourner à : VivaCitéS Hauts-de-France, 23 rue Gosselet 59 000 Lille, ou scanné par mail beatrice.auxent@nordnet.fr

ADHESION 2019

 Nous vous prions de bien vouloir remplir ce document selon votre statut et de le renvoyer avec le règlement de la cotisation à : VivaCitéS Hauts-de-France, 23 rue Gosselet 59 000 Lille

Possibilité de paiement par virement (RIB sur demande) ou sur table lors de l’assemblée générale

Merci de votre soutien

Personne physique
Nom :……………………….
Prénom :……………………
Adresse :……………………………………………………………………………………………

Tel. : ……………………… Mail :……………………………..

Site Internet :……………………………..

Cotise à VivaCitéS Hauts-de-France pour l’année 2019 en tant que personne physique

en réglant la somme de 10 euros

 Personne morale

Nom de la structure :
Dûment représentée par (Nom et prénom) :
Adresse
Tél. : e-mail :
Fax : Site Internet :
Cotise à VivaCitéS Hauts-de-France pour l’année 2019 en tant que personne morale

en réglant la somme de 30 euros

Fait à ………………. Le …………….

Signature : Cachet (pour les personnes morales) :